Search
You are here : Industry Resources  >  News  >  View
Offrir plus d’options d’autosoins aidera le système de santé canadien en difficulté – Un nouveau rapport mondial démontre que les politiques et règlementations gouvernementales empêchent d’importantes économies
Created on 10/21/2022 8:49:42 AM

(Le 20 octobre 2022) — Le Canada est en retard sur les autres pays développés en matière de réalisation des bienfaits sanitaires et financiers des autosoins, selon une nouvelle étude publiée aujourd’hui par la Global Self Care Federation (GSCF). Ainsi, le Canada se prive d’une occasion critique de soulager la pression exercée sur son système de santé, encore profondément affecté par l’impact de la pandémie de COVID-19. 
 
L’indice mondial de préparation aux autosoins (ou Global Self-Care Readiness Index), qui tient compte de facteurs comme le désir du public d’adopter les autosoins, les politiques et initiatives de santé permettant les autosoins et la règlementation concernant les autosoins, démontre que le Canada se place loin derrière les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Australie et l’Allemagne quand vient le temps de permettre aux gens de pratiquer les autosoins. Le rapport souligne clairement que bien que les Canadiens préfèreraient traiter eux-mêmes leurs malaises mineurs plutôt que consulter un médecin, ils en sont empêchés par les politiques et règlementations gouvernementales qui limitent l’accès aux médicaments à faible risque ainsi qu’à d’autres produits d’autosoins. 
 
« En augmentant le nombre d’options d’autosoins à la disposition des Canadiens, on éliminerait des milliers de consultations médicales chaque année et on libèrerait ainsi des milliards de dollars pour résoudre la crise de l’accès aux soins, dit Michael Graydon, P-DG de Produits alimentaires, de santé et de consommation Canada. Il nous faut une stratégie nationale d’autosoins afin d’aider les gens à mieux prendre soin d’eux-mêmes et veiller à ce qu’ils aient accès à une gamme plus étendue de produits et de services d’autosoins quand ils en ont besoin. » 


Le rapport publié aujourd’hui montre que le Canada fait partie des chefs de file en matière de soutien et d’adoption des choix d’autosoins rendus disponibles. D’autres facteurs, comme l’incapacité des patients à accéder ou à gérer leur dossier de santé personnel, ou encore les politiques fiscales qui favorisent les médicaments d’ordonnance au détriment des choix en vente libre, font glisser le Canada dans le classement mondial. Mais le vrai problème, ce sont les règlementations qui limitent gravement la disponibilité des produits d’autosoins au Canada et le délai plus long nécessaire au reclassement des médicaments d’ordonnance vers la vente libre dans ce pays qu’ailleurs.  

« Une récente étude a démontré que le reclassement d’à peine trois catégories de médicaments vers la vente libre pourrait faire économiser 500 millions $ en coûts de médicaments et 250 millions $ en réduction du nombre de consultations médicales chaque année, dit M. Graydon. Mais il faut compter en moyenne plus de deux ans pour reclasser un médicament au Canada, contre moins du quart de ce délai en Grande-Bretagne et moins d’un an aux États-Unis. » 
 
M. Graydon insiste sur le fait qu’il est devenu critique d’améliorer l’accès aux options d’autosoins afin de veiller à ce que le système de santé canadien demeure viable pour ceux qui en ont besoin. Il demande au gouvernement fédéral d’accélérer le développement du Cadre des autosoins de Santé Canada afin d’améliorer le règlementation et l’accès des consommateurs aux produits d’autosoins, ainsi qu’accorder aux produits d’autosoins approuvés par Santé Canada le même statut fiscal qu’aux médicaments d’ordonnance.

Pour plus de renseignements sur l’Indice mondial de préparation aux autosoins (Global Self-Care Readiness Index) et pour consulter le rapport intégral, visitez le selfcarepromise.org/self-care-readiness-index.
 
À propos de Produits alimentaires, de santé et de consommation Canada
PASC est le porte-parole de l’industrie canadienne des aliments, des produits de santé, des boissons et des produits de consommation, secteur qui emploie directement plus de 350 000 Canadiens dans des entreprises de toute taille qui fabriquent et distribuent les produits sécuritaires et de haute qualité qui sont au cœur des maisonnées saines, des communautés saines et d’un Canada en santé. Renseignez-vous sur www.pasc-fhcp.com et suivez-nous sur Twitter à @FHCP_PASC
 
Renseignements :
Siobhan Juniku
Gestionnaire des communications
PASC
siobhan.juniku@fhcp.ca
416-817-7301

print